La RT 2012 Exigences de résultat et éxigences de moyens

Origine de la Réglementation Thermique 2012

Mise en place depuis octobre 2011 pour les bâtiments neufs de type bureaux, enseignement ou encore locaux petite enfance et applicable au 1er janvier 2013 pour tous les bâtiments neufs résidentiels et tertiaires, la RT 2012 impose de nouvelles normes dans tous les secteurs.

Derrière cette règlementation thermique, un enjeu environnemental fort qui vise à réduire considérablement la consommation d’énergie primaire des bâtiments : elle ne devra pas excéder 50kWh/m²/an, comme c’est déjà le cas pour les BBC. Une réduction significative qui nécessite de revoir dans sa globalité la conception et la réalisation des bâtiments.

Un nouveau schéma auquel tous les professionnels, investisseurs, prescripteurs, installateurs … doivent se conformer en choisissant des solutions en phase avec la nouvelle RT 2012.

Au cœur de la RT 2012 : Initiée par le Protocole de Kyoto, qui vise à réduire les émissions de gaz à effet de serre, cette démarche avant tout environnementale s’inscrit également dans le cadre de la loi Grenelle Environnement 2.

rt-batiment.fr

Vous trouverez des compléments d’information utiles sur le site du ministère dédié à la réglementation thermique.

Ce site est la référence. En cas de doutes sur un point bien prècis de la réglementation thermique rt 2012 consultez le site : rt-batiment.fr

La RT 2012, les exigences de moyen :

Recours aux énergies renouvelables

Toute nouvelle maison individuelle doit comporter au moins un des systèmes d’équipement suivants : chauffe-eau solaire ; panneaux solaires photovoltaïques ; ballon thermodynamique ; pompe à chaleur ; chaudière ou poêle à bois ; chaudière (gaz ou fioul) à micro-cogénération ou réseau de chaleur alimenté par des énergies renouvelables.

Limitation des infiltrations d’air

Chaque nouvelle maison individuelle doit être soumise à un test d’étanchéité à l’air en fin de chantier. Ce test final doit indiquer un niveau de perméabilité à l’air inférieur à 0,6 m3/h.m². Il doit être effectué par un opérateur qualifié et indépendant du demandeur ou des organismes impliqués en exécution, maîtrise d’oeuvre ou maîtrise d’ouvrage du bâtiment visé.

Liste exhaustive des autres obligations :

  • surface de baies (prise au tableau) supérieure ou égale à 1/6e de la surface habitable du projet ;
  • traitement obligatoire des ponts thermiques, notamment au niveau des planchers intermédiaires ;
  • installation de protections solaires sur les baies des locaux destinés au sommeil ;
  • ouverture des baies d’un même local sur au moins 30 % de leur surface totale ;
  • isolation minimale (U < 0,36 W/m². K) des parois donnant sur des locaux à occupation discontinue (entre un logement et un commerce par exemple) ;
  • système de comptage par énergie et par usage, affichage de l’information en volume habitable ;
  • régulation du chauffage ou de la climatisation par pièce (excepté pour les planchers chauffants et les poêles ou inserts) ;
  • éclairage dans les garages assuré par des systèmes d’extinction automatique ;
  • pompes du chauffage et du refroidissement munies de dispositifs permettant leur arrêt.


Cep < ou = 50 x (a+b)
 défini dans l’arrêté du 3 mai 2007.

 

 

Pascalou Production ;-))